Comment créer un site, une application ou un bot sans savoir coder? Découvrez le no-code

“J’ai besoin d’une application mais je n’ai pas les compétences techniques pour la créer. En même temps, les devis que j’ai reçus sont hors-budget. Je ne sais plus quoi faire.”

“Je veux lancer une plateforme de mise en relation. Je sais à quoi mon application doit ressembler, je sais comment la vendre. Tout ce qu’il me manque c’est développer la plateforme, mais je n’ai pas les compétences pour le faire. Cela fait 6 mois que je cherche un CTO pour créer un MVP et pouvoir tester mon marché, en vain… “

via GIPHY

Cher lecteur, as-tu déjà fait face à ce genre de problématique? Si oui, tu vas apprécier cet article qui va te donner des solutions pour dépasser les barrières techniques et concrétiser ton projet. Dans tous les cas, cet article va nourrir ta réflexion et élargir ton champ des possibles. 

De quoi parle-t-on? 

Le “no-code” qu’on peut traduire en français par “pas de code” désigne une pratique permettant de développer des solutions numériques tels que les applications, les chatbots ou encore les sites internet sans avoir à directement écrire des lignes de codes. 

Les outils no code sont des plateformes qui intègrent toutes les fonctionnalités considérées utiles par leur éditeur. Pour le reste, c’est à toi de sélectionner puis articuler celles qui sont nécessaires pour ton projet. Bien souvent, l’ajout des fonctionnalités est simplifié grâce à une expérience utilisateur optimisée, par exemple avec le “drag and drop” ou “glisser-déposer”.

Grâce aux outils no-code, la création de solutions numériques par des personnes qui ne maîtrisent pas les langages informatiques est possible.

Pour les personnes qui savent déjà développer, les outils no-code permettent d’économiser du temps et de l’énergie. Auparavant, elles auraient dû choisir l’environnement, créer l’architecture, chercher, développer puis intégrer les fonctionnalités avec du code ; désormais, depuis une seule plateforme elles ont juste à composer la solution avec des fonctionnalités prêt à l’emploi. 

Le résultat est quasiment le même que lorsqu’on code, à la différence qu’on ne passe pas des jours ou des mois. 

La vie est belle, n’est-ce pas?

via GIPHY

Faire vite et bien pour pas cher!

J’en viens à penser que les outils no-code permettent de défier la maxime selon laquelle en gestion de projet on ne peut pas concilier rapidité, qualité et prix.

Comme le montre l’image ci-dessus, il n’est normalement possible de concilier que 2 sur 3 critères. Pourtant, les outils no-code remettent en cause cela. Par exemple, avec un outil comme Bubble on peut créer rapidement et à moindre coût une solution numérique de qualité. En revanche, il est important de préciser que la rapidité de création et la qualité dépendent de la maîtrise de l’outil no-code et plus généralement des aptitudes informatiques du “no-codeur”. 

Contrôler la chaîne de valeur!

La tendance au sein des organisations est l’adoption du digital pour améliorer leur proposition de valeur ou le système d’information.

Pour améliorer la proposition de valeur, intégrer le digital permet davantage d’interactivité, de proximité, de connectivité, d’ubiquité, d’instantanéité pour les produits et services. En ce qui concerne le système d’information, le digital va faciliter la collecte, l’organisation, le traitement, la mise en mémoire ou encore la circulation des données et informations au sein de l’entreprise. 

Dans les deux cas, c’est l’existant et le physique qui vont être modélisés pour ensuite être transformés en solution numérique. Par exemple, pour créer une application de mise en relation comme Uber Eat ou Gozem Food (ex-Delivroum), il faut nécessairement analyser la réalité et donc comment les choses se déroulaient auparavant: qui sont les acteurs impliqués (restaurant, livreur, client..) , quelles sont les informations qui sont communiqués (menu, adresse de livraison, nom, prénom…)? quels sont les processus (choix du plats, confirmation de la commande, paiement…)?

Ce sont tous ces éléments qui vont permettre de concevoir puis créer une solution qui numérise les données et les processus. 

Même lorsqu’on ne sait pas coder, concevoir ou modéliser est accessible. Ce qui est compliqué, c’est de traduire la modélisation en langage informatique, d’où le fameux “je sais ce que je veux mais je ne sais pas coder…”. A ce moment, le maître d’ouvrage qui est la personne voulant réaliser le projet remplit un cahier des charges pour faire appel à un maître d’œuvre, la personne qui va réaliser techniquement le projet. 

Le cahier des charges est censé permettre aux destinataires qui le liront de comprendre le contexte de l’expression du besoin et doit leur offrir une vision globale et cohérente de la problématique de la maîtrise d’ouvrage. Pourtant force est de constater qu’il y a toujours des risques. Par exemple: celle d’une inversion des rôles, lorsque le développeur ou l’agence en charge du développement modifie, consciemment ou non, le cahier des charges. Ou alors, l’évolution des besoins du maître d’ouvrage qui ne sait pas exactement ce qu’il veut et dont la versatilité peut considérablement allonger la durée des travaux en plus d’irriter la main d’œuvre. 

Sans rentrer dans les détails, ce qu’il faut comprendre c’est qu’il y a souvent une asymétrie d’information entre le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre ; la plus grande étant que le premier ne comprend pas totalement le métier et les contraintes du deuxième. 

L’avantage du no-code est que la communication est plus simple. L’ergonomie et l’UI-UX des solutions no-code permettent au maître d’ouvrage de comprendre et parfois suivre en temps réel ce que la main d’œuvre fait, donc éventuellement l’assister

Par ailleurs, dans un monde où les choses vont de plus en plus vite et où les solutions numériques deviennent rapidement obsolètes, s’il n’y a pas d’évolution continue, les outils no-code offrent une agilité et une capacité d’itération appréciable. 

Lorsqu’on parle de projet digital, les grandes étapes par lesquelles tu dois passer sont: 

  1. Cadrer la mission (phase d’avant-projet)
  2. Concevoir le projet (cahier des charges)
  3. Exécuter le plan et donc créer la solution

Une fois la solution créer, il faut:

  1. l’administrer et l’exploiter
  2. la maintenir et la faire évoluer

Avec le no-code, tu peux davantage maîtriser les points 3, 4 et 5 à condition de te former un minimum à l’utilisation de l’outil no-code choisi. 

via GIPHY

Une tendance de fond 

Des outils comme Canva ou Crello qui facilitent la création de visuel, les solutions comme PayPal ou Stripe qui simplifient l’intégration de solutions de paiement, des CMS tels que PrestaShop, WordPress et plus récemment Shopify ou encore l’évolution des langages informatiques qui sont de plus en plus simples, sont des signes d’une tendance de fond qui consiste à améliorer l’UI et l’UX des logiciels, afin de rendre l’informatique plus attractif et accessible. 

Le no-code est une expression de cette tendance pour démocratiser le développement. D’ailleurs, il ne faut pas le confondre avec le low-code, qui permet également de développer une application rapidement mais qui nécessite un minimum de codage et donc de connaissances techniques.

La conséquence de cette tendance est qu’avec le temps, la véritable valeur ajoutée réside dans la capacité à cadrer la mission, concevoir le projet et surtout faire évoluer la solution avec intelligence. Je pense que dans les années à venir,  la créativité et l’ingénierie seront les compétences les plus mises à l’honneur. 

En revanche, les personnes qui savent coder et surtout les meilleurs développeurs, auront l’avantage de pouvoir travailler sur des projets très techniques tels que le développement d’outils no-code. Il faut dire aussi que savoir coder restera un atout car cela permet de personnaliser davantage les solutions et donne plus de marge de manœuvre. 

D’après les estimations, 65% des logiciels mis en production dans le monde, seront créés à l’aide de plateformes No-Code d’ici 2024 (Source: Gartner)

Les avantages et inconvénients

Les outils no-code peuvent répondre à différents types de besoins pour différents publics: développeurs, agences, startups, PME et même grandes entreprises. 

Je suis… Grâce au no-code je peux…
Une organisation -tester de nouvelles idées en développant un MVP totalement fonctionnel sans nécessairement externaliser 
-digitaliser un métier ou une activité avec un outil sur mesure à coûts réduits
-avoir davantage de visibilité ou de contrôle sur le processus de développement lorsqu’on externalise

-administrer plus simplement la solution 
Un développeur, une agence ou une entreprise qui dispose des ressources humaine en développement informatique -réduire les coûts de développement pour une même qualité
-gagner en agilité et itérer plus simplement 
-administrer plus simplement la solution 

-diminuer pour ne pas dire supprimer le risque d’erreur dans le code et donc réduire les bugs. 

En matière d’inconvénients du no-code, on peut citer: 

  • le manque de flexibilité dû à une pré-sélection des fonctionnalités par l’éditeur de la solution no-code
  • la dépendance et l’engagement vis-à-vis de l’éditeur no-code qui vont s’accompagner d’un coût plus ou moins élevé (souvent un modèle d’abonnement)
  • la nécessité de se former à l’utilisation de l’outil no-code qui peut être plus ou moins chronophage

Comment démarrer? 

via GIPHY

Cet article ne serait pas complet si à la fin on ne te propose pas des outils no-code pour te lancer. Aussi, en voici quelques-unes que l’équipe PANDORE DIGITAL à tester et te recommande:

  • Squarespace, Webflow et Strikingly pour créer une landing page;
  • Pour créer et exploiter des bases de données, nous te recommandons Udo.toolsAirtable ou Notion;
  • Pour configurer et propulser un chatbot, tu peux utiliser des outils tels que Chatcompose et Flow XO. Tu peux également passer par Chatfuel si tu veux créer un chatbot pour Facebook, Messenger et Instagram:
  • Pour créer des applications mobiles, PANDORE DIGITAL te recommande de passer par des solutions comme Bubble, Glide ou encore GoodBarber

PANDORE DIGITAL est à ta disposition si tu as des questions sur le no-code ou plus généralement sur le digital. N’hésite pas à nous contacter et nous en dire plus sur ton projet en complétant le formulaire ci-dessous. 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *